Entreprendre dans le netlinking

Le netlinking, une activité souvent qualifiée de complexe, est aussi la bête noire des webmasters et référenceurs.

Faisons le point pour les débutants pour commencer cet article.

Puis nous poursuivons plus en détail pour ceux qui n’auraient pas encore un avis tranché sur cet art !

Netlinking,  le pitch

Le netlinking est une activité qui consiste à mettre en place des liens. Que l’on peut assimiler à des passerelles entre les sites web.

On appelle ces liens parfois backlink, inlink, lien entrant ou lien retour.

Ils proviennent d’une page web A et pointent vers une page web B.

L’ensemble des liens créé ce qu’on appelle le maillage.

Il faut distinguer les liens internes d’un site des liens externes, entrants ou sortants.

Le netlinking consiste à développer les liens qui proviennent de sites externes. Les liens internes, eux, relient les pages d’un même site.

Pourquoi faire du netlinking ?

Le lien est un élément fondamental du web, parmi les autres fondamentaux qui sont le contenu ou encore la data.

A l’origine, une stratégie de netlinking ou linkbuilding permettait de multiplier les opportunités de générer du trafic vers son site.

Le rôle du trafic manager au siècle dernier consistait à négocier des liens sur des sites à forte affluence. Puis sont apparues rapidement les bannières, qui elles-mêmes sont des liens.

Les bons annuaires ou portails ont permis aussi d’ajouter plus de pertinence car chaque lien est référencé dans une catégorie.

Les liens textes sont les liens les plus courants, dans leur plus simple expression ils apparaissent en bleu.

Faciles à mettre en place, ils apportent du contexte et doivent améliorer l’expérience de la lecture d’un article.

L’importance du netlinking aux yeux de Google

Sur ces éléments de base, Google, en 1997, juge pertinent d’accorder aux backlinks une attention toute particulière.

  • En développant un robot qui va suivre les liens automatiquement.

Il peut alors indexer plus efficacement et plus rapidement un grand volume de pages pour devenir le plus grand index du web.

  • En accordant du crédit aux liens et au profil de liens d’un site et de ses pages.

Il créé alors un critère de pertinence inédit pour classer les résultats dans ses pages en fonction de leur popularité (nombre, qualité, pertinence, puissance des liens)

Jusqu’en 2013, Google délivre d’ailleurs un score pour chaque page sur le web. Ce score est très directement lié au profil de liens, que l’on pouvait connaître grâce à la Google Toolbar, désormais indisponible.

Le Page Rank de la Google Toolbar n’est plus disponible, mais un PageRank existe toujours, bien gardé.

Pour faire du SEO, il n’est pas nécessaire de maîtriser la formule du PageRank.

Mais il faut comprendre son concept, comprendre comment il se transmet et comprendre l’effet de dispersion.

Comprendre la transmission et le dispersion du PageRank

Le score du Page Rank (Page pour Larry Page, cofondateur de Google) était une note de 0 à 10/10 (N-A pour les pages non évaluées par Google).

Il était en effet possible de voir évoluer le score d’une page en créant des backlinks plus ou moins puissants vers elle. Ceci caractérisant également la capacité d’une page à se positionner dans les résultats de recherche de Google sur des mots clés à forte concurrence.

Une page a la capacité de transmettre une partie de son capital popularité.
Une partie seulement car :

  • 20% de son capital n’est jamais retransmis.
  • Plus le nombre de liens dans la page est important plus la transmission est répartie sur chaque page ciblée.

Comment cela a-t-il débuté ?

Google a dû déterminer un référentiel de départ.

En partant d’une liste de sites d’autorité, et en leur attribuant un score de départ, son algorithme n’avait plus qu’à suivre les liens et scorer chaque page en fonction de sa proximité avec le référentiel départ.

Un système comparable à la théorie des six degrés de séparation, devenu depuis l’ère des réseaux sociaux 5 degrés, puis moins de 4…

Google et son PageRank

A retenir : Pour que les liens vers son site puissent intervenir dans le calcul de popularité, il faut appartenir à l’index Google.

Une page orpheline, non scorée par Google, n’apporte aucun bénéfice.

Plus de Google PageRank ToolBar ! Comment faire ?

Certains outils tentent de recouvrir le profil de lien d’un site ou d’une page pour guider les SEO dans leur stratégie de linking.

Les plus connus sont Majestic, Moz, Ahref ou encore Semrush. Certains outils apportent une simplification de visualisation des KPI (ensemble d’indicateurs clés) comme SEObserver, en se servant des sources Majestic et Semrush.

Mais le profil d’un lien tel que le voit Google reste indécelable.

Le netlinking a été intégré dans la stratégie SEO à partir du moment ou Google a prit de l’importance.

C’est un sujet développé dans les conférences spécialisées toute l’année et depuis des années, on trouve certaines de ces conférences en vidéo partagées sur Youtube.

On trouve également des vidéos courtes qui dressent le cadre du netlinking, je vous recommande par exemple la vidéo suivante d’Alexandre Poulet

Conduire une stratégie de Netlinking efficace et pérenne en SEO

Le netlinking, source de Spamdexing

Certes, Google est une société qui garde secret sont algorithme de classement des sites web dans ses résultats de recherche. Google n’a jamais confirmé quelle pondération le profil de liens occupe dans son algorithme.

En revanche, tout porte à croire que ce critère est la principale source de spamdexing.

Le critère lien est en effet une faille de Google. Celui qui est en capacité de générer des liens artificiellement est en mesure de manipuler le classement d’un site web dans Google. Que ce soit via des techniques SEO White Hat (dites conformes aux yeux des moteurs de recherche) ou SEO Black hat (où tous les coups sont permis), le netlinking au service du SEO consiste à manipuler le classement d’une page dans les résultats des moteurs de recherche.

Quelques faits marquants :

Filtre Penguin

Google se préserve plus efficacement des actions abusives (spamdexing) depuis la création du filtre nommé Penguin et ses mises à jour successives depuis 2012.

Le filtre Penguin permet de pénaliser des sites ayant acquis des liens trop artificiellement. Quand le filtre Penguin puni c’est plutôt à juste titre, mais nombreux sont les sites qui y échappent.

Google semble avoir quasiment éradiqué les attaques de négative SEO (action qui consiste à créer une augmentation brutale de backlinks de très mauvaise qualité). On peut donc considérer qu’il ignore majoritairement les liens de ce genre. Ils n’ont ni portée positive, ni négative.

Google Search console

Google offre une vision, mais malheureusement trop partielle des liens d’un site à condition d’avoir configuré la console Google pour les Webmasters (Google Search Console) : https://www.google.com/webmasters/tools/external-links-domain à noter que les liens “utiles” et ceux ignorés par Google (mauvaise qualité, nofollow) sont tous regroupés au même endroit. Pas très utile pour s’y retrouver finalement.

La Google Search Console offre cependant d’autres fonctionnalités plus utiles, mais pas sur les liens, nous sommes les premiers navrés pour ça.

Matt Cutts

Google communiquait régulièrement sur les bonnes et mauvaises pratiques en particulier par l’intermédiaire de Matt Cutts, le communiquant responsable de Google Webspam énormément regretté, car depuis 2014, il n’opère plus pour Google et ses remplaçants n’ont jamais été à la hauteur.

Les critères « liens entrants »

En 2015, Google aurait révélé que des tests ont été effectués pour développer un algorithme qui ne tiendrait plus compte des liens entrants. Ce fut un échec, car si le critère lien présente une faille pour Google, les autres critères à ce moment-là forment des failles encore plus profondes, et les futurs critères attendus ou annoncés ne sont toujours pas opérationnels… Sans le critère lien, les résultats du moteur de recherche perdent considérablement en pertinence !

Penguin et l’algorithme Google

En 2016, Google intègre le filtre Penguin à son algorithme, qui réagit alors en temps réel.

Nous sommes désormais en 2020, et Google ne peut toujours pas se passer de ce critère.

Il demeure une manière de se rassurer sur l’impact d’un lien :

  • Vérifier que la page est bien connue de Google, pour cela saisir dans Google la commande site: https://www.urldelapagequifaitunlien.com
  • Si pas de résultat, Google ne connait pas (encore) la page.
  • Si un résultat s’affiche, alors vérifiez en cliquant dans la version en cache que le lien est intégré conformément (a href).
comment contrôler la prise en compte d'un lien par Google

Vous l’avez compris, faire du netlinking est finalement une activité technique, certains efforts peuvent être vains, il ne faut pas perdre de vue l’objectif qui est d’améliorer le référencement d’un site dans Google, et c’est sans aucun doute la motivation principale de ceux qui s’attèlent à cette activité.

Le netlinking ça marche comment ?

Le lien est mis en place à l’aide généralement d’un code html, sous la forme d’une balise et d’une ancre de lien.

Ce qui donne par exemple : Lien bleu

C’est cette forme de lien que Google privilégie.

Les éléments d’un lien sont donc constitués :

  • D’une page cible : http…. vers laquelle le lien pointe.
  • D’une ancre (ou anchor)

Netlinking : les points clés à retenir

  • L’ancre du lien (ci-dessus « Lien bleu ») apporte de la pertinence SEO quand elle contient des mots clés.
  • La page qui fait un lien apporte du contexte sémantique SEO
  • Le site qui fait un lien apporte de la légitimité SEO liée à la thématique dans laquelle il évolue.
  • L’autorité du site qui fait un lien apporte de la puissance SEO vers la page qui est ciblée.

Attention tout cela doit rester naturel !

Si vous forcez le trait, vous risquez d’attirer les regards du filtre Penguin, ou d’un prétendant à vos positions (concurrent).

Vos liens doivent revêtir un caractère naturel (au moins dans leur grande majorité), mais Google accorde un peu de tolérance.

Qu’est-ce qui n’est pas naturel ?

  • De cibler toujours la même page de votre site
  • Il n’est pas conseiller de communiquer toujours la même ancre dans vos liens
  • Et de ne pas communiquer majoritairement sur le nom de votre site dans vos liens ou votre marque.
  • Il ne faut pas posséder des liens en provenance de toutes les pages d’un même site, et de façon répétée.
  • Ni disposer de liens dans des zones peu visibles d’une page, voir masquées.
  • De disposer de liens depuis des sites identifiés dans des pays exotiques sans rapport avec votre activité
  • D’avoir un rythme d’acquisition de liens soudain

Il faut éviter les arnaques aux backlinks

Certaines sociétés font de la vente de liens leur activité principale.

  • Evitez d’acheter un lien depuis un site qui ne génère lui même aucun trafic ou destiné à ne pas en générer.
  • Négociez sur la base d’éléments factuels (Semrush ou SimilarWeb peuvent vous aider)
  • Attention aux métriques des outils comme Majestic ou Moz, certaines personnes savent les manipuler.
  • Ne faites pas confiance à un seul outil
  • Dernier point, attention à l’utilisation de la balise :

header(« X-Robots-Tag: nofollow »);

Celle-ci est supporté par Google, invisible dans le code source (directive d’entête http) et annule le bénéfice attendu d’un lien dans une page.

Une belle arnaque dont il faut se préserver en testant la page referent avec par exemple le module Live Http Headers.

Comment faire du netlinking ?

Privilégier la qualité à la quantité

Le netlinking est une activité complexe.

Notre parti pris chez Develink est de ne pas vous laisser au dépourvu et de vous laisser le choix de mener des actions de netlinking qualitatives, un peu comme au siècle dernier, avant l’aire Google, mais en rendant la tâche plus agréable.

Vous devrez privilégier des liens qui peuvent générer du trafic vers vos pages avant tout.

Notre solution repose sur le principe du Guest Blogging, ou articles sponsorisés. Notre plateforme attire des blogs particulièrement puissants et exclusifs, à la recherche d’opérations en premier lieux dictées par la qualité des contenus publiés.

Le modèle achat-vente via notre marketplace est largement privilégié. Comprenez que chaque publication mérite une contrepartie.

C’est aussi notre parti pris chez Develink :

  • D’abord engager à produire un contenu de qualité, qui offre de la valeur.
  • S’assurer que la page et le site appliquent les bonnes pratiques d’optimisations
  • Puis ensuite, impulser des liens, car il faut bien admettre que face à la quantité de pages indexées dans Google, si je ne créé par l’impulsion au début, il y a peu de chance que ma page se démarque.

Investir dans un contenu de qualité, facilite la création de vrais bons liens.

mixe de liens, vidéo, premier niveau, deuxième niveau
Le schéma suivant démontre l’importance que peu avoir un bon contenu dans la stratégie de netlinking, en particulier si cette page intègre un contenu vidéo.

Les éditeurs (blogueurs) sont en demande de contenus vidéo. C’est meilleur pour les partages, pour l’expérience (mobile), les liens se feront plus naturellement.
Avantage particulier, votre vidéo, c’est aussi votre brief. Un site qui accepte de partager votre vidéo pourra ajouter son commentaire, ou écrire tout un article, le seul réflexe est de bien s’assurer qu’il citera votre site comme source de la vidéo, avec un lien.

Le schéma suivant démontre l’importance que peut avoir un bon contenu dans la stratégie de netlinking, en particulier si cette page intègre un contenu vidéo.

Les éditeurs (blogueurs) sont en demande de contenus vidéo. C’est meilleur pour les partages, pour l’expérience (mobile), les liens se feront plus naturellement.
Avantage particulier, votre vidéo, c’est aussi votre brief. Un site qui accepte de partager votre vidéo pourra ajouter son commentaire, ou écrire tout un article, le seul réflexe est de bien s’assurer qu’il citera votre site comme source de la vidéo, avec un lien.

Quel avenir pour le netlinking ?

Le moteur de recherche ne semble plus être une priorité chez Google / Alphabet depuis plusieurs années.


Les investissements sont dirigés vers d’autres enjeux, l’Intelligence Artificielle au service de la santé, de la mobilité… on se demande pourquoi l’algorithme de Google ne se sert pas un peu de cette intelligence pour corriger la faille des liens entrants ?

Une première supposition, c’est que Google juge que cette faille ne lui cause que peu de dommage, la corriger lui coûterai trop cher en R&D.

Une deuxième supposition, c’est que Google gagne beaucoup d’argent avec son modèle d’Adsense (des publicités au modèle du CPC affichées sur des blogs privés dont Google partage les bénéfices avec lesdits blogs). La plupart de ces blogs sont entretenus par des SEO prêts à toutes les astuces pour mieux référencer leur blog. Dévaloriser ces blogs en abandonnant le critère Backlinks reviendrait à créer une baisse de revenu inacceptable pour Google.

Finalement, soit Google nous surprend vraiment un jour en acceptant d’abandonner le critère des liens, mais selon nous c’est un peu comme s’il abandonnait le critère du contenu dans son algorithme, ça n’a aucun sens.

Soit les webmasters se mettent à faire des vrais liens avant tout, et ils pourront recevoir du vrai trafic, ce trafic pouvant les rendre moins dépendants à Google !

Diminuer un peu la part du trafic en provenance du référencement et donc de Google pour permettre d’augmenter la part des sites éditeurs et blogueurs de qualité (trafic des sites référents).

C’est un projet qui nous semble tout à fait honorable, et le Guest Blogging de qualité le permet.

Vous souhaitez en discuter avec l’un de nos experts ?